Chargement

Rerchercher

Autres

Prendre position : l’évolution de l’employé de bureau

évolution de l’employé de bureau

Et si la productivité au bureau était liée à la position d’un employé ? De nombreuses études se sont penchées sur le confort au travail et il apparait que la position de l’employé de bureau aurait un impact sur la qualité du travail. Au fil des années et des siècles, nous avons vu une nette évolution de l’employé de bureau.

Sa prise de position s’est adaptée à travers le temps afin d’offrir le confort dont a besoin lorsqu’on sait qu’on doit rester 8 h de temps ou plus dans un bureau. Quelles sont ces évolutions ? Zoom dans cet article.

La position accroupie des hommes préhistoriques

Cela se passe dans la préhistoire quand nos ancêtres, même s’ils n’avaient pas pour ainsi dire un lieu de travail ou un bureau, devaient chasser et ils se mettaient ainsi en position accroupie pour préparer pour chasser et pour préparer les gibiers.

Pas de chaise, mais un tabouret en l’an 3 000 av. J.-C.

Au temps des pharaons, les choses ont commencé à évoluer nettement. La période pharaonique est connue pour ses prouesses dans la construction d’infrastructures légendaires à l’instar des pyramides et des sphinx. On s’attend donc ici à une évolution de la position de l’employé de bureau de l’époque. Ils ont donc créé un tabouret concave à trois pattes pour ceux dont les tâches étaient assez rudes. Le petit bonus dans ce meuble ? Le tabouret est inclinable pour plus de confort à la tâche.

De l’an 3 000 av. J.-C. aux années 1800

Après le tabouret des Égyptiens, de simples chaises ont commencé à apparaitre dans les années 1800 et même un peu avant. Ce que nous considérons à notre époque comme un mobilier tout à fait ordinaire était considéré à l’époque comme un mobilier de luxe. Seules, la bourgeoisie et les nouveaux riches pouvaient s’en offrir. Les années 1800 furent marquées par la révolution industrielle, de ce fait, la productivité au travail a commencé à être un objectif qu’il fallait atteindre. Les ouvriers et les ouvrières ont donc bénéficié à l’époque de chaises pour effectuer leurs opérations quotidiennes.

Les chaises à roulettes

Les chaises des années 1900

Un siècle après, certains créateurs ont commencé à proposer des chaises qui étaient censées aider les employées de bureau, notamment les dactylographes, à être bien à l’aise. Ainsi, Frank Lloyd Write a conçu une chaise qui pouvait s’incliner. Il a pensé que sa chaise allait faciliter le travail des dactylographes, mais finalement, ce fut un fiasco, car sa chaise a été surnommée « la chaise du suicide », dû à son instabilité. Place donc à un autre style de chaise.

Les chaises à roulettes apparaissent en 1950

Vers les années 1950, une nette évolution et beaucoup de créativité ont été notées. En effet, c’est dans ces années que la chaise à roulettes a commencé à faire son apparition. Mais ce n’est pas tout, en plus d’être mobile, la chaise a commencé à avoir un dossier et une assise plus confortable grâce au rembourrage. L’ergonomie a donc commencé à voir le jour et les employés du bureau ont commencé à être regardants sur le côté esthétique de leur chaise.

De 1970 à 2000, les chaises mettent l’accent sur le confort

L’esthétique est déjà devenue un prérequis, les employés du bureau ont commencé à demander maintenant plus de confort pour pouvoir réaliser correctement leur travail. De nombreux modèles de chaises ont donc vu le jour. Le modèle des créateurs norvégiens Peter Opsvik et Svein Gusrud a par exemple proposé deux positions : une position assise et une position agenouillée. Mais la plupart des fabricants ont surtout misé sur le confort du dos. Ils ont donc recréé les chaises en misant sur le soutien du dos et la possibilité d’incliner le siège pour que l’employé de bureau soit plus à l’aise dans tous ses mouvements.

Les années 2000, on se met debout

La station prolongée assise a été pointée du doigt comme étant à l’origine des problèmes d’obésité et de mauvaise circulation du sang. L’employé de bureau a donc été mis debout et les bureaux ajustables assis debout ont eu le vent en poupe. Ainsi, l’employé pouvait alterner la position assise et debout selon ses envies.

Le présent

On propose à l’employé de bureau d’aujourd’hui de travailler sur des bureaux tapis roulants. Le concept a été lancé après qu’on ait découvert que la station prolongée qu’elle soit debout ou assiste est toujours aussi néfaste pour la santé. Avec le bureau tapis roulant, la productivité serait améliorée, car le léger exercice permettrait d’améliorer l’humeur tout en favorisant le travail du corps.

Infographie offerte par Wrike – outils de collaboration mobiles

Prendre position : L'évolution de l'employé de bureau