Chargement

Rerchercher

L’hologramme : son fonctionnement et ses atouts en tant qu’animation

Technologie

L’hologramme : son fonctionnement et ses atouts en tant qu’animation

hologramme

Le principe de l’hologramme remonte à plus d’un siècle mais il n’en demeure pas moins une innovation. Son fonctionnement et sa conception sont aussi exceptionnels que le concept lui-même, et méritent de ce fait toute notre attention. Le procédé confère à l’homme un don d’ubiquité et fait renaître des icônes de la chanson décédée. Coup de projecteur sur cette technique de projection en 3 dimensions.

Une infinité de possibilités d’utilisation de l’hologramme

L’hologramme est une solution aux possibilités infinies. Il a un rôle à jouer dans tous les domaines. Que ce soit dans le divertissement, l’art, la médecine, la mode, l’événementiel, etc., les contenus holographiques n’ont en commun que les conditions de diffusion. D’autres possibilités restent encore inexploitées. Quoi qu’il en soit, la définition du contenu appartient au commanditaire ou à celui qui l’imagine. Ainsi, en faisant bon usage d’un simple hologramme, on peut en faire un moyen de communication exceptionnel.

Principes de l’hologramme

Pour qu’une lumière soit visible, elle doit être projetée sur un support. Il y a deux techniques de création d’hologramme. Ce sont respectivement l’holographie et le Pepper’s Ghost, que l’on connaît plus communément sous les termes “fantôme de Pepper”.

L’holographie

Grâce aux avancées de la technologie, l’holographie n’est pas restée une utopie. Elle repose globalement sur une technique permettant d’inscrire une image en volume. Autrement dit, une photo en 3D.  Il s’agit d’une image fixe et en relief posée sur un support. Cette technique a émergé avec l’apparition du laser, dans les années 60.

On a besoin d’un verre de séparation pour scinder le laser en 2. On a ainsi deux faisceaux dont l’un vise l’objet à holographier et l’autre la plaque photographique. Par la suite, l’image de l‘objet va s’inscrire sur cette plaque et c’est la rencontre entre les ondes réfléchies et le laser qui produit l’intensité lumineuse du corps à holographier.

On obtient ainsi une image en relief sur  la plaque photographique. Deux principes physiques sont à maîtriser pour la conception de l’hologramme : l’interférence des ondes lumineuses et la cohérence de la lumière.

Le Pepper’s Ghost

Ce concept tire son origine d’une scène théâtrale du 19è siècle. On l’a ainsi nommé en référence au nom de celui qui est à l’origine de cette invention : John Henry Pepper. C’est lui qui a réussi à trouver un moyen d’améliorer une technique initialement mise au point par un autre ingénieur : Henry Dircks. Ainsi, le Pepper’s Ghost implique une vitre en biais devant la scène, reflétant une pièce bien à l’abri des yeux des spectateurs.

Dans cette pièce évoluait un faux fantôme, qui était donc un acteur. C’est en fait le double reflet et la transparence de la vitre qui le faisaient apparaître sur scène, avec une allure transparente. A la manière du concert de Tupac et du dédoublement de Jean-Luc Mélenchon, cette technique fut longtemps utilisée pour faire apparaître des spectres sur scène. A ne pas confondre avec l’holographie.

Exemple d'un hologramme dans une villeLes techniques actuelles d’hologramme utilisant le principe du Pepper’s Ghost

La technique du Pepper’s Ghost va bien au-delà du théâtre et concerne de nombreux domaines. Et c’est grâce aux différentes évolutions de la technique. Si on parlait autrefois d’un reflet d’une autre personne dans une pièce dissimulée, il s’agit maintenant d’un reflet de projection. Trois différentes techniques reposent sur ce principe simple.

L’hologramme à taille humaine qu’on utilise pour la scène

Une vitre ou de la tulle sur laquelle on projette une photo est installée sur scène. A défaut, on peut aussi avoir un tissu très fin comme support, à condition qu’il ne soit pas visible par les spectateurs. Par ailleurs, une intensité lumineuse suffisante est indispensable pour éviter l’effet “ reflet “.  C’est l’espace entre le fond de la scène et l’hologramme qui va créer l’illusion. Un moyen de l’intensifier est aussi que des gens réels se mettent ou se produisent derrière la tulle ou la vitre, à côté de l’hologramme scénique.       

L’hologramme vitrine   

Une projection holographique reprenant le principe du précédent mais dans un mécanisme plus réduit. Ce qui en fait un hologramme plus adéquat pour des événements autres que la scène. Facilement accessible et ne nécessitant qu’un socle et un contenu, il est possible de s’en servir par exemple pour un lancement ou une présentation de produit en magasin. Mais également pour un salon afin de présenter un concept, un projet, ou pour une animation grand public dans la rue. L’hologramme vitrine laisse place à de nombreux champs d’application. Pour sa réalisation, on a besoin d’un caisson dans lequel on va disposer une vitre inclinée. La projection de l’animation se fait ensuite sur cette vitre, par le haut.    

L’hologramme pyramidal   

Sa forme particulière, à plusieurs faces, le rend observable sous des angles différentes. De plus, cette forme pyramidale permet de placer un objet ou un article et de l’habiller de toutes sortes d’animations holographiques, à l’image d’une vidéo mapping. Pour ainsi dire, l’hologramme pyramidal est susceptible d’attirer l’oeil des passants et des visiteurs lors d’un salon ou dans un lieu public, quel que soit l’endroit où il se trouve. Cette caractéristique en fait un dispositif idoine pour faire connaître un produit ou un concept.

 

L’hologramme sous toutes ses formes, y compris l’hologramme hélice qui n’a pas le même principe que le Pepper’s Ghost, réunit donc tous les critères pour séduire un large public dans le cadre d’un événement. A vous de déterminer la solution qui sied à votre type de projet.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *