Chargement

Rerchercher

Lait d’ornithorynque : à quoi peut-il servir ?

Santé

Lait d’ornithorynque : à quoi peut-il servir ?

L’ornithorynque est un animal semi-aquatique avec une apparence et un mode de vie assez étrange. C’est certainement pour cette raison que plusieurs recherches et études ont été réalisées sur cet animal (mâle comme femelle) aux fins de découvrir les mystères qu’il cache.

De ces recherches, il ressort que le lait produit par la femelle ornithorynque est susceptible d’avoir des vertus thérapeutiques sur l’organisme. Ce lait lutterait efficacement contre les bactéries. Qu’en est-il vraiment ? En quoi ce lait peut-il être utile à la santé humaine ?

Dans cet article, vous retrouverez toutes les informations en rapport avec le lait d’ornithorynque et plus précisément sur l’utilité qu’il revêt pour l’espèce humaine.

Le lait d’ornithorynque ou une protéine au pouvoir miracle !

La femelle d’ornithorynque produit un lait qui est sécrété par ses glandes. Ses rejetons sont protégés par un antibiotique spécifique contenu dans ce breuvage. En effet, selon les résultats des recherches scientifiques, la protéine découverte dans le lait d’ornithorynque contient une molécule qui était jusqu’alors inconnue de la communauté internationale. Ses interactions avec les bactéries et sa fonction antimicrobienne s’exercent via des schémas inconnus.

Selon le Directeur de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), « cette protéine a un spectre large et est capable de tuer ou d’inhiber la croissance de bactéries non semblables et très loin les unes des autres ». Pour l’heure, c’est une découverte plutôt intéressante. En effet, comparé aux antimicrobiens connus à ce jour, on peut affirmer qu’il s’agit d’une avancée notable dans la lutte contre les bactéries qui menacent la santé humaine.

Habituellement, les antimicrobiens opèrent selon trois mécanismes : soit ils empoisonnent les bactéries, soit ils les empêchent de faire des protéines, soit ils font plusieurs trous dans la membrane. Par contre, la protéine contenue dans le lait d’ornithorynque n’opère nullement selon ces trois mécanismes. Ainsi, il existe certainement d’autres voies permettant de contrôler la croissance bactérienne que nous ne connaissons pas.

Lait d’ornithorynque : un antibiotique pour lutter contre les bactéries résistantes

En attendant des résultats plus concluants sur cette protéine découverte dans le lait d’ornithorynque, il est évident que toutes les réflexions vont sans doute converger vers la création d’antibiotiques très performants contre les bactéries multirésistantes. C’est un projet dont nous pouvons nous réjouir, car bientôt ces bactéries pourraient passer aux oubliettes.

Une chose est sûre, les scientifiques ne tarderont pas à reproduire en laboratoire la protéine découverte. Toutefois, certains chercheurs sont sceptiques vu la complexité antimicrobienne de la protéine. Selon eux, elle ne peut être utilisée sur l’homme. Il va donc falloir la synthétiser pour élaborer un traitement efficace par perfusion ou par pommade.

Considérant le traitement par perfusion, cela risque de ne pas être vraiment efficace, car le corps humain régit très mal aux protéines étrangères. Le système immunitaire humain est préparé à réagir dès qu’il détecte un corps étranger. Il les ciblera donc et les détruira ou créera des allergies très importantes. Considérant ce paramètre, il apparaît évident que la meilleure option pour le corps humain serait plutôt le traitement par la pommade.

Dans la mise en œuvre de ce projet, il faudrait que le centre responsable de la fonction antimicrobienne copie la structure de la protéine sans pour autant passer à la synthétisation de toute la molécule. Pour le moment on peut se permettre de rêver, car la crème antibiotique à base de protéine de lait d’ornithorynque ne sera certainement pas disponible aussi tôt, du fait de la complexité de la procédure de synthétisation.

Lait d’ornithorynque : une protéine utilisable par les hommes ?

Des résultats qui sont présentés par les chercheurs et les scientifiques, on peut affirmer qu’il s’agit bel et bien d’une hypothèse valable. Mais, il y a lieu d’être prudent. Il va falloir attendre les résultats d’autres recherches scientifiques supplémentaires sur le sujet pour affirmer ou infirmer un tel postulat. Même si on ne devrait pas réfuter l’idée que cette protéine puisse être utilisée dans le cadre de la fabrication des crèmes antibiotiques. Ce qui est davantage rassurant, c’est que la structure moléculaire de cette protéine est connue et que les propositions ne cessent d’abonder de la part de toute la communauté scientifique. Le but est de travailler cette protéine de sorte à pouvoir créer des antibiotiques efficaces contre les bactéries.

Il est tout de même important de rappeler que l’animal dont le lait nous procure cette protéine n’est pas vraiment inconnu des scientifiques. En effet, l’espèce humaine a déjà eu à bénéficier dans un passé pas aussi lointain des bienfaits de l’ornithorynque. En l’an 2016, le venin de cet animal a été testé dans le développement d’un traitement contre le diabète. C’est une piqûre de rappel quant à la préservation et la protection de tout ce qui constitue l’écosystème. Des animaux comme celui-ci pourraient bien permettre à l’homme de se débarrasser de nombreux agents responsables de plusieurs pathologies.

En résumé, il convient de retenir que le lait d’ornithorynque contient une protéine qui constitue un espoir pour l’espèce humaine. Les études doivent se poursuivre afin que cet espoir s’incarne pour devenir une véritable réalité.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivant