Chargement

Rerchercher

Quelles sont les versions alternatives du tableau périodique des éléments ?

Science

Quelles sont les versions alternatives du tableau périodique des éléments ?

Le tableau périodique des éléments est une table qui fait le point de tous les éléments chimiques. Ces derniers sont classés en suivant leur numéro atomique, leur configuration électronique et leur propriété chimique. La version officielle du tableau périodique des éléments a été mise au point en 1869 par le chimiste russe Dmitri Mendeleïev. Au fil des années, de nouveaux éléments ont été découverts. Les chimistes du XXe siècle ont alors proposé des versions alternatives de la table. Cet article vous propose de découvrir quelques versions alternatives du tableau périodique des éléments.

Tableau périodique à pas à gauche

Largement utilisé par les physiciens, ce tableau alternatif a été mis au point par Charles Janet en 1928. Le tableau périodique à pas à gauche peut être considéré comme la représentation alternative la plus proche de la version traditionnelle. Ici, au lieu de valence, les éléments de remplissage sont organisés selon l’orbital. Le tableau périodique des éléments de Janet présente quelques modifications par rapport à la mise en page commune. Voici quelques-unes de ces modifications qui le caractérisent :

  • L’hélium n’est pas classé dans le 18, il est plutôt placé dans le groupe 2
  • Les groupes 1 et 2 avec les éléments 119 et 120 sont classés du côté droit du tableau périodique
  • Le s-bloc est déplacé d’une rangée vers le haut. Les éléments qui ne sont pas dans ce bloc se retrouvent une rangée vers le bas par rapport à la table officielle
  • La majorité des éléments se trouvant sur la quatrième ligne de la table standard se retrouvent sur la cinquième ligne du tableau périodique à pas à gauche.

Avec cette version de la table, les couches électroniques sont remplies en suivant la règle Madelung. Le remplissage des réservoirs d’électrons dans le tableau périodique à pas à gauche est caractérisé par certaines irrégularités.

Tableau périodique ADOMAH

Encore appelé tableau périodique sous forme de tour, il a été construit par Valery Tsimmeerman en 2006. La structure de cette table est basée sur les nombres quantiques de la configuration électronique. En effet, les quatre nombres quantiques sont utilisés pour présenter la disposition ainsi que les mouvements des électrons dans un atome. L’idée de cette table a été fortement inspirée par celle mise en place plus tôt par le biologiste Charles Janet. Cette table est donc proche de la table à pas à gauche. Les travaux de Valery Tsimmeerman ont permis une réorganisation des différents éléments suivant le remplissage orbital.

Tableau périodique en forme spirale

Mis au point en 1964 par le chimiste Theodor Benfey, ce tableau périodique des éléments a la forme d’une spirale à deux dimensions. Comparativement aux autres tableaux, celui-ci n’est pas uniquement fonctionnel. Sa forme se repose essentiellement sur une question de design, d’esthétique et d’élégance. La table commence par l’hydrogène au milieu de la spirale. Ensuite, elle tourne dans l’ordre des numéros atomiques des éléments avant de se diviser dans les métaux de transition, les lanthanides et les actinides.

Il y a également le tableau périodique en trois dimensions du physicien Timothy Stowe. Les trois dimensions de cette table périodique correspondent à trois axes. Ils représentent le nombre quantique principal, le nombre quantique orbital et le nombre quantique magnétique. Ici, l’hélium est un élément du groupe 2.

Tableau périodique en forme de fleur

Cette table périodique de Paul Giguère se présente en trois dimensions et ressemble à une fleur. Encore appelée la fleur 3D de la classification, elle a été mise au point en 1966. Ce tableau périodique des éléments ne comporte ni l’hydrogène ni l’hélium. Les éléments sont aussi bien inscrits à l’avant qu’à l’arrière. Ainsi, de couleur bleue, sa première section ou pétale comporte les métaux alcalins à l’avant puis les métaux alcalino-terreux à l’arrière. Sur les autres sections, vous pouvez retrouver les éléments restants classés par groupe.

Tableau périodique en ruban

Crée en 1975, il est l’œuvre du chimiste Franklin Hyde. Étant un chimiste organosilicié, Franklin Hyde a mis le silicium au centre de la table périodique. Le silicium est donc placé dans une partie de couleur beige au centre de deux cercles. Le rapport entre le silicium et les autres éléments est largement mis en avant sur ce tableau périodique des éléments. La présence des couleurs vise à mettre en évidence les relations périodiques qui existent entre les éléments. Cependant, il faut rappeler que la table de Franklin Hyde commence par l’hydrogène qui est situé au centre du cercle de droite.

Tableau périodique avec des éléments répétés

Contrairement à tous les autres tableaux, celui-ci a pour particularité la répétition des éléments. Ainsi, sur cette table, un élément peut apparaître plusieurs fois. Ce tableau périodique des éléments a été mis au point en 2005 par Ronald Rich. Dans la table proposée par Ronald Rich, le carbone et le silicium sont dans le même groupe que le titane et le zirconium.

En définitive, bien avant l’officialisation de la table périodique de Dmitri Mendeleïev en 1869, plusieurs auteurs avaient déjà fait des tentatives qui visaient la classification des éléments chimiques. Après son officialisation, plusieurs auteurs ont également proposé des tables alternatives au cours du XXe siècle.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *