Chargement

Rerchercher

Domotique & Maison

Comment faire pour devenir diagnostiqueur immobilier professionnel ?

devenir diagnostiqueur immobilier professionnel

La profession de diagnostiqueur immobilier est désormais en vogue, vu qu’il devient nécessaire d’effectuer un diagnostic avant tout achat ou location de bien immobilier. Cependant, il n’existe pas de filières spécifiques qui offrent une formation directe à cette carrière.

Il faut donc suivre un cycle de formation qui délivre des certifications sur les diagnostics. Cependant, un tel objectif ne saurait être atteint à condition de mieux se renseigner sur le sujet. Voici alors tout ce qu’il faut savoir pour exercer ce métier en toute légalité !

Quelles sont les fonctions exercées par un diagnostiqueur immobilier ?

Pour devenir diagnostiqueur immobilier professionnel, il est important de connaître les différentes fonctions à exercer afin d’être sûr de son choix. Ainsi, le diagnostiqueur immobilier assure de nombreuses fonctions. Il a pour tâche principale le diagnostic d’un immeuble avant qu’il ne soit mis en vente, en location ou rénover.

Il doit garantir que le logement est en règle tant en termes de sécurité que de consommation d’énergie. Pour ce faire, il se base sur une liste de contrôle établie par le propriétaire afin de mener à bien son travail. À l’aide de divers matériaux, il vérifie :

  • la présence ou non de parasites, d’amiantes, termites, plomb
  • la concordance du circuit électrique, de gaz disponible dans l’habitat
  • la sécurité incendie et autres dispositifs auxiliaires (piscines, ascenseurs, etc.).

Après son analyse, il produit un rapport et prodigue si besoin des conseils à ses clients.

Quelles sont les aptitudes que doit avoir un diagnostiqueur immobilier ?

Le Technicien chargé de diagnostics immobiliers doit disposer de multiples qualités pour être en mesure de bien gérer sa tâche quotidiennement. Appelé à collaborer de façons permanentes avec les clients, il doit avoir l’aisance relationnelle et l’art de communiquer. Dans le cas où il est en freelance, cela l’aidera à se faire connaître à travers le bouche-à-oreille.

Il doit aussi savoir analyser, puisqu’il lui revient de produire des rapports basés sur des examens. De plus, pour effectuer correctement les diagnostics, il est important qu’il soit discipliné, concentré et fort en observation. Travaillant habituellement seul, il doit être en mesure de prendre ses propres décisions, surtout s’il est officiellement en freelance.

Par ailleurs, que ce soit sur le terrain ou au bureau, il faut qu’il soit multitâche. Qu’il s’agisse alors de l’évaluation sur le terrain ou de la rédaction du rapport, il convient qu’il maîtrise tous les aspects indispensables à son travail.

En outre, selon sa qualité d’expertise dans le métier, le technicien diagnostiqueur en immobilier doit disposer de solides notions dans de multiples sujets. Son travail étant particulièrement rattaché aux lois en vigueur en matière de logement, il faut qu’il les connaisse et sache les appliquer. Il doit également maîtriser l’outil informatique, vu que son travail se fait généralement grâce à l’ordinateur.

Technicien chargé de diagnostics immobiliers

Quelles sont les études à faire pour devenir diagnostiqueur immobilier ?

Pour devenir diagnostiqueur immobilier professionnel, il faut disposer de nombreuses certifications. Pour y arriver, l’apprentissage dure généralement 3 à 5 jours pour les personnes inscrites à l’examen de certification. Ces diplômes sont délivrés par des structures de certification privée telle que l’Afnor ou le Dekra.

Cependant, l’obtention de cette certification coûte excessivement cher avec un coût qui varie de 500 à 1 000 euros selon l’organisation. Le tarif ne change pas, qu’il s’agit d’une modification ou d’une première certification. La validité dure entre 5 à 7 ans et le renouvellement se fait de façon régulière. De plus, elles doivent être accompagnées d’un diplôme de niveau bac+2 au moins dans le domaine du génie civil ou de la construction.

Comme formation de 2 ans, il existe le BTS Travaux Publics ou le BTS Professionnel de l’Immobilier (PI). Par ailleurs, dans les IUT et les universités, certains diplômes de génie civil, d’énergie ou de construction permettent d’acquérir les connaissances qu’il faut. Il s’agit notamment des licences professionnelles en énergie, en génie civil, en performance énergétique et environnementale du bâtiment, construction. De plus, le BUT en génie civil et énergie est aussi valable.

En école d’ingénieur ou en école de commerce post-bac, les bachelors figurent parmi les diplômes qui permettent de devenir diagnostiqueur immobilier, que ce soit en immobilier ou en bâtiments. Ce sont des formations professionnelles qui offrent une possibilité d’alterner. Autrement dit, les étudiants peuvent suivre à la fois les cours et passer du temps à l’entreprise.

Quelles formations continues pour le diagnostiqueur immobilier ?

Tout le monde est capable d’avoir les certifications. Aucune connaissance antérieure n’est requise pour passer l’examen. Toutefois, il est conseillé d’avoir des pré-requis dans le domaine de l’immobilier ou du BTP. Cela permet de faire preuve d’une certaine base en construction de logements et de bâtiments.

Quelques formations continues à suivre

Un aspirant au métier de Technicien diagnostiqueur en immobilier peut accéder aux différents enseignements post-bac en formation continue. Selon le profil, l’apprenant suit une partie des cours ou la totalité. Il est aussi possible d’avoir la licence professionnelle à travers les apprentissages qu’offrent les formations continues.

Il existe également des cours à distance pour la plupart de ces cursus. Hormis l’enseignement supérieur, le métier de diagnostiqueur immobilier peut être enseigné à travers une formation professionnelle. Celle-ci est dispensée pendant 2 à 3 mois par des structures privées de formation professionnelle. Elle peut aussi tenir compte des certifications qu’il faut obligatoirement passer. Toutefois, ces formations coûtent cher.

Comment financer sa formation ?

Il est possible de trouver du financement pour un cursus. Cela peut être fait à travers un compte personnel de formation (CPF). Il est possible de s’en servir pour payer la totalité ou une partie de sa formation. Pour ce faire, il suffit de tenir compte des différentes heures de travaux accumulés.

Quant aux salariés, ils peuvent se référer aux projets de transition professionnelle (PTP). Le PTP, anciennement connu sous le nom de CIF, offre aux salariés la possibilité de s’absenter en entreprise afin de suivre une formation. De plus, ces derniers prennent toujours une partie de leur salaire mensuel.

Une autre façon de faire financer sa formation est l’alternance. Lors de la professionnalisation, le coût de l’apprentissage de l’alternant est pris en charge par l’entreprise d’accueil.

journée type d’un diagnostiqueur immobilier

Quelle est la journée type d’un diagnostiqueur immobilier ?

Un diagnostiqueur travaille en collaboration avec un assistant administratif. Celui-ci se charge d’établir les rendez-vous selon le planning du diagnostiqueur. Il s’occupe également de l’élaboration de l’ordre de mission dont se sert le diagnostiqueur pour déterminer ses rendez-vous. Après consultation de l’ordre, le diagnostiqueur se rend chez le client à l’heure prévu avec ses équipements.

Une fois sur le terrain, selon le diagnostic à effectuer, il peut se servir d’un équipement spécifique (tel que la fluoroscopie à rayons X) pour diagnostiquer le plomb. Toutefois, il suit rigoureusement les règles de sécurité pour éviter de mettre en danger sa sécurité et celle des autres.

Dès lors que la visite de diagnostic prend fin, le diagnostiqueur se redirige au bureau et commence à rédiger le rapport de diagnostic. Il y inclut des diagrammes détaillés ainsi que des conseils pour guider les clients.

Pourquoi devenir inspecteur immobilier ?

Il existe de nombreuses raisons qui peuvent pousser à embrasser la carrière de diagnostiqueur immobilier.

Le dynamisme du marché

Une carrière de spécialiste immobilier offre de multiples avantages. Tout d’abord, le marché immobilier, notamment celui du diagnostic immobilier, continue de se développer. Le chiffre d’affaires était de 1,2 milliard d’euros en 2020 et il a connu une augmentation de 67,5 % en 2021. Cela signifie alors qu’il y a eu assez de diagnostics et donc une demande importante de diagnostiqueurs.

Un métier en forte demande

Aujourd’hui, pour effectuer une quelconque transaction immobilière, il faut forcément faire un diagnostic immobilier. Voilà que les ventes comme les locations des biens immobiliers se font quotidiennement. Cela signifie que ce secteur est à la recherche permanente de spécialistes du diagnostic.

La probabilité d’être employé ou indépendant

Le métier de diagnostiqueur immobilier devient de plus en plus populaire. Cela est dû en majeure partie par la possibilité de travailler soit à son propre compte, soit pour une structure.

Que faut-il pour devenir diagnostiqueur immobilier indépendant ?

Après l’obtention des certifications requises pour devenir diagnostiqueur immobilier, il est possible de se mettre à son propre compte. Pour cela, il faut remplir certaines formalités.

devenir diagnostiqueur immobilier indépendant

Analyser la sûreté du projet

Avant d’entamer les démarches administratives, il est important d’élaborer un business plan. Il sera question d’analyser la nécessité d’un diagnostic immobilier dans un secteur géographique donné à travers une étude de marché.

Par ailleurs, réaliser des diagnostics immobiliers nécessite la disponibilité du matériel adéquat pour pouvoir bien travailler. Par exemple, il faut avoir en sa possession le détecteur de plomb, l’amiante, etc. Il faut aussi se munir d’un kit testeur d’installation électrique répondant aux normes en vigueur. Pour avoir ces dispositifs de contrôle, il faut un certain investissement financier.

Ainsi, avant de se lancer dans le métier de diagnostiqueur immobilier, il faut vérifier si les ressources financières sont disponibles pour l’achat des équipements. Si tel n’est pas le cas, il est toujours possible de faire un prêt bancaire.

Opter pour un statut juridique

Lorsqu’on est diagnostiqueur indépendant, il est possible d’exercer seule en tant qu’indépendant à travers la création d’une micro-entreprise (SASU, EURL, EIRL). Il s’agit d’une bonne initiative, car cela ne requiert pas assez de fonds et les démarches de création sont très simples. De plus, s’il n’y a pas de chiffre d’affaires, les cotisations ne seront pas aussi payées.

Cependant, pour une carrière de diagnostiqueur immobilier, ce statut n’est pas recommandé. En réalité, il n’offre pas la possibilité de soustraire les frais professionnels tel que l’achat du matériel au cours du calcul d’impôt. En outre, il ne garantit pas la sécurité du patrimoine personnel.

Dans le cas d’une collaboration avec d’autres spécialistes du diagnostic immobilier, il est envisageable de mettre sur pied une société (SARL, SAS, etc.). L’avantage dans ce cas réside au niveau de la complémentarité qu’il peut avoir lors de la combinaison des certifications. Cela permet d’être compétitif dans la zone ou l’activité est menée.

De quelles obligations supplémentaires doit s’acquitter un diagnostiqueur immobilier ?

Un mauvais diagnostic peut engendrer de terribles conséquences, surtout si cela a causé une maladie grave dans la famille du client ou mis en danger d’autres personnes. À cet effet, pour se protéger de tels cas, il est nécessaire d’opter pour une assurance professionnelle.

Outre l’importance de le faire, il est désormais question d’une obligation prescrite par la loi. L’assurance doit être en mesure de dédommager 300 000 euros pour chaque sinistre et 500 000 euros par année d’assurance.

Par ailleurs, il ne faut en aucun cas favoriser une partie lorsqu’on est diagnostiqueur indépendant. L’impartialité doit être la règle d’or dans l’élaboration des différents diagnostics. De plus, il convient d’être capable d’expliquer clairement aux clients les mesures qui seront prises pour le diagnostic. Ceci doit être fait à travers un rapport détaillé de diagnostic, une attestation sur l’honneur et une preuve d’adhésion à une assurance de responsabilité civile.

différents types de diagnostiqueurs immobiliers

Quels sont les différents types de diagnostiqueurs immobiliers ?

Il existe principalement trois types de diagnostiqueur immobilier, notamment :

  • l’expert en diagnostics courants en ce qui concerne la vente ou la location
  • l’expert de l’amiante qui se charge des diagnostics avant les travaux
  • le spécialiste travaillant avec les tribunaux et le géomètre.

Pour exercer le métier de diagnostiqueur, il faut se spécialiser dans l’une de ces spécialités.

Quelles sont les débouchées dont bénéficie un diagnostiqueur immobilier ?

Un technicien chargé de diagnostics immobiliers qui perçoit de salaire à la possibilité de mettre en place sa propre entreprise et espérer une vie meilleure. Il peut aussi choisir de se spécialiser dans le diagnostic de l’amiante, d’être géomètre ou encore travailler pour les tribunaux. En outre, il lui est possible d’occuper un poste dans une structure immobilière.

Quel est le salaire perçu par le diagnostiqueur immobilier ?

Les débutants dans le domaine perçoivent environ 2 200 € mensuellement. En revanche, le salaire d’un pro varie en moyenne de 2 500 à 3 500 euros mensuellement. Ce salaire est subdivisé en deux parties : une partie fixe et une autre variable. De plus, ce technicien de contrôle immobilier bénéficie d’autres avantages tels qu’une voiture, un téléphone et plus encore.

Pour devenir diagnostiqueur immobilier, il faut alors suivre une formation, quel que soit le profil du candidat (en reconversion ou à la recherche d’emploi). Il peut s’agir d’une formation professionnelle, initiale, en continu ou encore en alternance. Celle-ci doit être accréditée à la fin par des certifications en amiante, plomb, électricité, etc. En cas de problèmes financiers, la formation peut être prise en charge par certains organismes.