Chargement

Rerchercher

Le cannabis à l’adolescence

Santé

Le cannabis à l’adolescence

Mon ado fume du cannabis, comment réagir ? – La consommation à l’adolescence est une thématique qui inquiète beaucoup de monde. Des parents à l’école, les adultes qui entourent les jeunes se sentent concernés. Le phénomène de la consommation est à appréhender sous l’angle de la fonction ! Quelle fonction a la consommation de cannabis à l’adolescence ?

La fonction de la consommation à l’adolescence

Cette question me paraît fondamentale dans la mesure où elle nous permet d’adopter le comportement le plus adéquat face à un jeune qui consomme du cannabis.

Qu’il s’agisse de consommation de cannabis, d’alcool, de jeux vidéo ou de téléphone portable, la problématique est identique.

En effet, même si l’effet des produits utilisé pour la consommation se décline différemment selon leur action biochimique, la question reste la même. Quelle est sa fonction ? Quand on parle de fonction, on imagine que si le jeune consomme, il existe une raison. Cette raison est le moteur de la consommation chez le jeune et si cette motivation n’est pas comprise, les mesures interdictrices restent souvent vaines.

Les parents viennent me voir en me demandant : comment réagir ? Mon ado fume du cannabis. Chaque situation est différemment complexe

Des cas de figure différemment complexes

Les raisons de la consommation sont variables et elles sont indicatrices de la complexité qui sous-tend le ledit phénomène. Une consommation très occasionnelle et festive à 16 ou 17 ans n’a pas la même fonction qu’une consommation quotidienne et individuelle à 14 ans.

En effet, si l’inquiétude des adultes peut être analogue, les deux situations sont très différentes. Après une exploration par le biais d’entretiens cliniques menés par un professionnel de la santé mentale, on est mesure d’évaluer la nature du phénomène.

La première vs la deuxième situation

Dans la première situation la consommation n’arrive souvent pas seule, elle est accompagnée du groupe de pairs et reste très occasionnelle. Elle est vécue comme un écart aux règles et une petite prise de risque qui provoque une montée d’adrénaline propre au phénomène adolescent. Ici la fonction de la consommation est liée à la découverte et à la prise de risque à l’adolescence.

Dans la deuxième situation, la consommation est précoce, quotidienne et se produit aussi quand le jeune et seul. Ce dernier cas de figure a pour conséquence directe d’isoler le jeune de son groupe de pairs et des adultes.

Ici la fonction de la consommation pourrait être “anxiolytique”. Le jeune utilise le cannabis pour calmer une angoisse quotidienne liée à un conflit interne ou familial non résolu. L’impact négatif de cette dernière situation sur la vie du jeune est plus important

L’adolescence est une période délicate et coûteuse pour les jeunes qui traversent le monde de l’enfance pour entrer dans l’âge adulte.

Dans cette transition ils peuvent rencontrer la consommation. L’important est d’avoir une hypothèse sur la fonction de cette consommation à l’adolescence pour nous permettre d’adapter notre comportement en conséquence. Il ne s’agit en aucun cas de banaliser une action qui reste couteuse (en santé, en temps, en argent, etc.).

Néanmoins, nous essayerons de ne pas diaboliser la conduite d’un jeune qui a manifestement perdu le contrôle et le sens des limites. L’idée étant de comprendre comment substituer le plaisir procuré par le “phénomène cannabis” par une autre source de plaisir.

Lien et confiance

Il est parfois difficile de garder la confiance face au jeune que l’on voit glisser dans la consommation du cannabis. L’inquiétude des parents est tellement importante et l’impuissance des jeunes proportionnellement grande, que les liens peuvent être compromis. A coup de reproches réciproques, on finit parfois par oublier que l’on se faisait confiance. Et pourtant c’est principalement cette confiance et ce lien qui permettra à l’adolescent de s’en sortir. En effet, si les manifestations d’amour de la part des proches continuent d’exister, l’adolescent sentira que la mise en jeu du lien est trop importante.

Comme le décrit Sonia Ciotta, Psy pour ado à Lausanne pour adolescents et familles : « les récits des jeunes parlent tous du sentiment de culpabilité qui les envahit lorsqu’ils pensent à l’inquiétude qu’ils provoquent à leurs parents ». Ce sentiment est autant fort que le lien qui les unit à leurs proches. Il est souvent le moteur d’une envie de changement. Le lien qui a été construit avec la famille est permanent et sera utile à la construction d’une alliance favorable avec le thérapeute du jeune.

A propos de “Le cannabis à l’adolescence”

  • mon ado fume du cannabis, que faire ?
  • trouver les bons mots pour mon ado qui fume du cannabis
  • comment savoir si son fils fume ?
  • mon enfant se met à fumer des joints
  • conseils psy pour un enfant qui fume de la drogue
  • à quoi ressemble l’odeur d’un joint ?
  • mon fils a les yeux rouges
  • reconnaitre un fumeur de joint
  • comment savoir si mon fils fume des joints
  • comment soigner un ado qui se drogue ?
  • quelle solution pour arrêter les joints pour mon fils
  • ma fille fume des joints, comment en parler

A lire aussi sur le même sujet  : L’adolescent consommateur de cannabis, sa famille et la justice

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *