Chargement

Rerchercher

Quelle est l’araignée la plus mortelle ?

Planète

Quelle est l’araignée la plus mortelle ?

L'araignée la plus mortelle.

L’araignée est surement l’un des animaux les plus redoutés de l’homme. Le monde du cinéma a contribué largement à l’instauration de cette peur collective. Cependant, sur les plus de 40 000 espèces d’araignées recensées jusqu’à aujourd’hui, seules 30 d’entre elles ont été responsables de la mort d’êtres humains. D’ailleurs, seuls 5 cas de décès par morsure d’araignée sont recensés dans le monde chaque année. Découvrons quelle espèce est la plus dangereuse pour l’homme.

 

Les venins d’araignée

Le venin

L’araignée est un animal qui fait partie des arthropodes chélicérés. Elle possède ainsi un organe appelé chélicère qui lui permet d’injecter du venin en mordant sa « victime ». Un outil essentiel pour chasser et pour se nourrir. Ces animaux sécrètent une substance chimique pour tuer et prédigérer ses proies. Il existe alors deux types de venins.

Les neurotoxines

Les neurotoxines sont des substances chimiques contenues dans les chélicères. Des glandes qui sécrètent et expulsent le venin. L’araignée peut réguler la quantité à injecter selon la taille de sa proie. Son effet principal est d’inhiber le système neuronal de sa victime. Cela se manifestera par une contracture puis une paralysie musculaire.

Généralement, la neurotoxine des araignées diffère de celle des autres animaux venimeux. Par ailleurs, sa composition varie selon les espèces. Cependant, il en existe deux qui sont actifs sur les humains : la robustoxine est la neurotoxine que l’on rencontre particulièrement chez l’Atrax Robustus ; l’α-latrotoxine quant à lui appartient au latrodectus plus communément connu sous le nom de la veuve noire.

Les enzymes digestives

Ces substances sont injectées par les araignées pour prédigérer leur proie. Constituées d’enzymes dont les principales sont des hyaluronidases, elles vont briser les chaines protéiques de la proie avant que l’araignée ne le consomme.

Généralement peu actif chez les mammifères, elles ne provoquent qu’une simple inflammation locale chez les humains. Cependant, chez les loxosceles, la présence de sphingomyélinases peut causer une nécrose des cellules de la zone mordue.

 

L’aranéisme

L’aranéisme désigne l’état médical causé par une morsure d’araignée. Les symptômes d’une morsure d’araignée sont souvent impossibles à distinguer tant que l’on n’a pas remarqué la morsure. Il existe deux types d’aranéisme : l’aranéisme neurotoxique et l’aranéisme nécrosant.

L’aranéisme neurotoxique

L’aranéisme neurotoxique provient de l’injection d’un venin neurotoxique. Ce phénomène provient notamment des espèces de latrodectus communément appelées « veuves noires ». Sa morsure n’est pas immédiatement douloureuse et peut même passer inaperçue.

Quelques minutes après l’administration du venin, une inflammation locale douloureuse s’installe. Les douleurs vont petit à petit se propager pour se généraliser en quelques heures. Cette douleur se manifeste par des douleurs musculaires diffuses.

D’autres symptômes peuvent apparaitre comme l’angoisse, le malaise, un trouble de la pression artérielle. Le décès peut survenir chez les personnes ayant un système immunitaire faible. La veuve noire peut notamment tuer les enfants et les personnes âgées. Cependant, le taux de mortalité générale est inférieur à 1 %.

L’aranéisme nécrosant

L’aranéisme nécrosant est une manifestation typique d’une morsure de loxosceles, communément connu sous le nom de recluse. Il s’agit d’une variété d’araignées dont le venin est constitué d’enzymes puissants pouvant tuer les cellules humaines.

La morsure de recluse est quasi indolore. Quelques minutes après l’administration du venin, une démangeaison et une lésion locale font leur apparition. En fonction de la victime, la lésion peut se guérir toute seule tout comme elle peut empirer.

En effet, la lésion peut évoluer en ulcère nécrosant s’étendant sur une superficie assez large. La guérison peut prendre plusieurs mois dans les meilleurs des cas. Dans le cas contraire, un état de choc peut survenir 2 à 3 jours après la morsure.

Cela s’accompagne d’une hémolyse, de fièvre, d’une insuffisance rénale, d’hémoglobinurie ou encore de troubles de la conscience. Ces effets ne sont pas prévisibles et le décès peut survenir dans 10 à 25 % des cas. Il est à noter que l’utilisation de sérum anti-venin contre l’aranéisme nécrosant fait encore l’objet d’un débat dans le milieu médical. Une ablation de la zone nécrosée est souvent nécessaire.

 

Quelles sont les espèces les plus mortelles ?

Parmi les 30 espèces d’araignées potentiellement dangereuses pour l’homme, trois espèces peuvent être retenues comme mortelles pour l’homme

L’Atrax Robustus

Cette araignée originaire d’Australie appartenant dans la famille des mygales mérite le titre d’araignée la plus mortelle. Elle injecte un venin neurotoxique dont l’envenimation s’appelle atraxisme. Il n’est pas rare de le rencontrer dans les habitations. C’est pour cela que les accidents de morsure par cet animal sont plus fréquents. De plus, l’Atrax Robustus est particulièrement agressif notamment durant l’été.

Les loxosceles

Cette araignée est présente un peu partout dans le monde, mais les espèces qui vivent en Amérique sont les plus dangereuses : la Loxoscele Reclusa et la Loxoscele Laeta. Les effets nécrosants de leur venin sont souvent sujets à des complications pouvant dans de rares cas tuer les victimes. La rencontre avec cet animal n’est pas rare, car elle fréquente les habitations humaines. La morsure de cette espèce est fréquente en Amérique, mais rare en Europe.

La veuve noire

La veuve noire peut englober plusieurs espèces d’araignées dans le genre latrodectus. La neurotoxine qu’elle injecte est très puissante, mais la quantité injectée est souvent infime pour être létale pour l’homme. Cependant, l’envenimation induit des effets indésirables douloureux et pénibles. Les effets varient en fonction du sujet, mais chez les individus sensibles et/ou de santé fragile, le venin est capable de tuer.

 

Il est difficile de déterminer avec précision l’espèce d’araignée la plus mortelle pour l’homme. Cependant, trois espèces peuvent se prévaloir ce qualificatif.  Avec l’avancée de la médecine, le taux de mortalité suite à une morsure d’araignée a largement diminué. Avec un soin médical approprié et administré à temps, il est extrêmement rare de succomber à cause d’une envenimation d’araignée.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *